Seers Isle | Destins chamanistes en terres nordiques

par Hauntya

Seers Isle (l’île des voyants) est un visual novel, dans la lignée des autres jeux proposés par Nova-Box (Along the Edge, Across the Grooves, Echoes). Le studio nous entraîne dans une histoire comportant pas moins de sept personnages, chacun avec une personnalité et un passé propres. Tous sont des apprentis chamans et embarquent sur un navire à destination de Seers Isle, où les esprits décideront de les faire chamans ou non après une série d’épreuves.

À la manière des livres dont vous êtes le héros, chaque choix a une répercussion sur le fil de l’intrigue et sur le sort des personnages. Une histoire interactive rendue d’autant plus agréable et visuelle par les dessins soignés et vivants de Nicolas Fouqué et Ludovic Rivalland, qui permettent à la fois de s’immerger dans un univers de fantasy et de s’attacher rapidement aux personnages.

 Cet article a été réalisé grâce à une clé Windows du jeu, fournie par Nova-Box.

 

Un voyage dans une Europe nordique de fantasy médiévale

© 2018 Nova-Box. All Rights Reserved

Sans que de dates ou de lieux soient donnés, Seers Isle nous entraîne dans un monde aux accents nordiques envoûtants. Les décors de l’île, que ce soit sur la plage ou l’intérieur des terres, font immédiatement penser aux pays scandinaves entre falaises, mer déchaînée, brume et neige. De par leurs vêtements, ce sont les personnages qui nous indiquent le plus la temporalité de l’histoire : leurs armes et leur style vestimentaire les ancrent définitivement dans une version moyenâgeuse de l’Europe. Une impression renforcée par certains souvenirs des personnages, qui évoquent des rues, des maisons, des superstitions ou des manières de vivre propres à cette époque. C’est ainsi le soin des détails visuels et la narration qui nous permettent de nous situer dans une histoire sans jamais nous prendre par la main.

Nos sept personnages ne se connaissent pas. Ils ont pour seul point commun d’être sur le point de devenir de futurs chamans, et de se rencontrer donc pour la première fois en partant pour Seers Isle. Bien qu’ils soient nombreux, ces protagonistes sont loin d’être simplistes ou de simples coquilles vides avec quelques traits de personnalité. Il est difficile de ne pas être séduit par la gentillesse et la maturité de Jennyver, guérisseuse, ou l’entrain et la curiosité d’Arlyn, une jeune pêcheuse. Des personnages sont plus distants mais fascinants par la force qu’ils dégagent et leur mystère, comme Erik et Freya, proches des archétypes de guerriers nordiques au fort caractère. Duncan, avec sa témérité et son sens de la mesure, est tout aussi important que Connor, citadin venu de la ville et le plus étranger à toutes les coutumes de ses compagnons de voyage. Brandon, charpentier, est également un appui solide et doté d’un certain sens de l’humour pour le groupe.

© 2018 Nova-Box. All Rights Reserved

Si l’identification n’est pas toujours présente avec ces protagonistes, le groupe forme néanmoins un bel ensemble, équilibré et hétéroclite à la fois. Les diverses romances, certes secondaires, montrent aussi une belle ouverture d’esprit naturelle. Et surtout, au fur et à mesure que l’histoire se déroule et que les interactions aussi paisibles que conflictuelles se font entre les personnages, on a envie d’en savoir toujours plus sur eux et sur ce qui les a menés sur cette île.

Enfin, impossible de ne pas dire un mot sur les musiques, composées par Camille Marcos et Julien Ponsoda. Les mélodies nous transportent sans peine dans cet univers de fantasy aussi rude que magique, avec une sonorité propre à chaque tableau et chaque personnage. Bien des morceaux reflètent l’intensité de moments-clés, que ce soit The Cycle, The Lone Wolf, The Crow takes flies ou bien entendu Seers Isle, le thème principal empreint de toute la mystique mélancolique de l’histoire.

Une multiplicité de choix au service des subtilités d’une histoire

© 2018 Nova-Box. All Rights Reserved

Seers Isle va vite mettre à l’épreuve la petite troupe d’apprentis. Par le biais de choix, les premières décisions permettront ainsi de fuir la tempête qui menace le bateau près de l’île d’entrée de jeu. Une fois sur la terre ferme, on pourra décider d’observer certains groupes de personnages plus que d’autres, de laisser des membres de l’équipe en arrière, de choisir tel chemin ou de suivre les esprits de l’île, aussi effrayants que superbes… et ce n’est que le début des nombreux chemins divergents qui façonnent l’histoire de Seers Isle. En se basant sur un système de décisions du joueur, le jeu favorise quatre symboles représentant des arcs scénaristiques spécifiques : l’oeil, la main, l’homme, le cerf. Des symboles plutôt cryptiques et qui ne donnent pas forcément à voir au premier coup d’oeil quelle décision prendre pour influencer vers tel chemin. Le jeu propose pas moins de huit fins différentes, avec quelques variations ici et là, ce qui lui assure une forte rejouabilité… ne serait-ce que pour saisir au mieux les détails et secrets de l’histoire !

Car le cœur de Seers Isle, outre ses décors enchanteurs, ce sont les personnages. Chacun d’entre eux a sa propre personnalité, et chaque choix permet de découvrir leur passé, leurs traumatismes ou leurs espoirs. Si certains dialogues permettent de survoler leur vie, c’est par le biais des esprits qui les entraînent dans des visions, des épreuves et des rêves, qu’on apprend vraiment qui ils sont et les raisons de leur venue. Et pour cela, il faudra forcément plusieurs parties pour découvrir les secrets de chacun de manière satisfaisante. Ces personnages cachent alors bien des thématiques plus profondes qu’il n’y paraît. Si le voyage sur l’île est avant tout initiatique, leurs épreuves personnelles évoquent le deuil, les responsabilités trop lourdes au sein d’une famille, l’exclusion sociale, l’hypocrisie religieuse, la culpabilité du survivant… Autant de thèmes qui rendent les personnages plus attachants à chaque partie.

© 2018 Nova-Box. All Rights Reserved

Le surnaturel occupe aussi une grande place dans l’histoire. Seers Isle est peuplée d’esprits que nous croiserons ici et là dans des circonstances aussi bienvenues qu’effrayantes. Selon les arcs de l’histoire, des choses demeurent inexpliquées, faisant travailler notre imagination. Et sans vouloir le dévoiler, un twist majeur dans le cours de l’aventure nous amène même à nous interroger sur notre rôle de joueur et l’omniscience que nous avons des personnages, avec ironie.

S’il est parfois compliqué d’orienter l’histoire vers une direction précise, Seers Isle est un roman graphique interactif qui a tout pour charmer et pour intriguer. Un premier run ne suffit pas pour saisir toutes les subtilités du récit, nous incitant à retourner dans l’aventure aussitôt. Un sentiment qui n’est pas étranger à la symbolique du jeu : les épreuves des personnages peuvent être réussies ou non, mais évoquent toujours la nécessité de briser un cycle et d’aller de l’avant, ou alors de choisir de le continuer. Une symbolique qui emprunte sans aucun doute à la mythologie nordique et ses cycles d’existence. A cet égard, le jeu aborde aussi le sens du sacrifice et la responsabilité des choix, dans un final inattendu.

  • Seers Isle est disponible en français et en anglais sur PC (Windows, Mac, Linux) depuis le 18 septembre 2018, et porté sur Nintendo Switch depuis le 15 octobre 2020.
4 commentaires
1

4 commentaires

Nana+Coubo 16 novembre 2020 - 11 h 48 min

Les illustrations sont magnifiques ! Ca me fait penser à des tableaux tellement elles sont superbes. Tu m’as donnée envie de le tester. Encore un jeu qui sera dans ma liste de souhait sur Steam !

Répondre
Hauntya 16 novembre 2020 - 17 h 03 min

Elles transportent vraiment dans l’atmosphère je trouve ! On sent bien l’inspiration des paysages nordiques dans ce jeu-ci. Et le style de dessin est vraiment très beau, éthéré sans être figé, sans oublier de rendre les personnages attachants. J’espère que le jeu te plaira autant qu’à moi quand tu le lanceras !

Répondre
Ju' 17 novembre 2020 - 9 h 28 min

Hey ! J’ai enfin pris le temps de lire ton article ! Je suis désolé de ne pas l’avoir fait avant, je pense que j’ai trop de projets en cours et que même moi je ne sais plus où donner de la tête !

Ce concept de BD interactive est assez intéressant ! Mais à l’instar de l’article sur Across The Grooves de Flo’, le jeu ne m’attire pas plus que ça. Non pas que l’histoire ne me plaise pas au contraire, mais dans un registre différent, dans un jeu d’aventure par exemple, d’exploration 3D, cela m’aurait je pense un peu plus intéressé. J’ai du mal avec ce concept de jeu je pense. Il n’en reste pas moins très beau, et même qu’en bande dessiné je pourrais me laisser séduire, il a l’air très beau. Nova box à l’air de vouloir nous faire passer un message derrière ses œuvres, de nous inculquer quelque chose et c’est très plaisant. On sent que le jeu t’a plu et malgré cela tu arrives à garder une certaine pudeur vis à vis de cela, tu restes impartial, chose rare ces derniers temps avec tous les différents articles que j’ai pu lire. (Coucou la guerre XBOX – PS) Un peu d’impartialité et de douceur fait du bien, une petite bouffée d’air frais.

Joli travail Hauntya. Au plaisir de te retrouver ici ou sur ton blog !

Répondre
Hauntya 21 novembre 2020 - 10 h 44 min

Y a aucun souci, on lit quand on peut et quand on est occupé, c’est normal. Merci déjà de l’avoir lu !
Je comprends en tout cas que le registre ne t’attire pas. Le visual novel, c’est un minimum d’interaction par rapport à n’importe quel jeu, même les walking simulator. Moi non je n’avais jamais testé ce genre de jeu, ne sachant pas si ça pourrait me séduire. Le côté BD est quand même très sympa (surtout quand c’est aussi beau), à voir comme tel, une bande dessinée interactive. Je n’ai pas testé Across the Grooves, mais de ce que j’ai pu voir dans Seers Isle il y a vraiment une volonté de faire passer une ambiance, une histoire, et de messages par ses personnages, de manière assez équilibrée. Le jeu aborde certe des thèmes actuels de manière flagrante, mais il faut fouiller du côté de chaque personnage, et le message est toujours en équilibre avec ce qui se raconte. Ahaha, parfois, on peut tout à fait témoigner de l’enthousiasme qu’on a sur quelque chose tout en restant objectif, contente d’être arrivée à cela. Au plaisir de te lire Ju’ !

Répondre

Entrez votre commentaire

Ces articles peuvent vous intéresser