Badass Cop & Dolphin – Tome 1 | Gang de requins

par Anthony F.

Quelques années après l’étonnant Beelzebub ainsi que Hungry Marie, Ryuhei Tamura refait surface avec le non-moins surprenant Badass Cop & Dolphin. Aussi improbable que son nom le laisse paraître, le manga nous conte les aventures d’un duo pour le moins unique : un flic aux méthodes douteuses et un… dauphin, à l’allure humanoïde. Absurdes, les prémices du manga nous emmènent pourtant sur une enquête policière tout ce qu’il y a de plus sérieux.

Cette critique a été écrite suite à l’envoi d’un exemplaire par l’éditeur.

Enquête atypique

SHAKUNETSU NO NIRAI KANAI © 2020 by Ryuhei Tamura /SHUEISHA Inc.

Boyle Samejima, un flic violent est envoyé sur une île paumée quelques mois en guise de sanction après un énième écart. Désemparé par cette mutation, lui qui s’attend à s’ennuyer ferme au milieu de la campagne dans un endroit où il ne se passe rien, il va néanmoins vite être surpris en voyant ce qu’abrite l’île d’Anegashima. Mis sur l’enquête relative au « Culte de la Mer », une secte qui voue un culte à une fillette qui détiendrait des pouvoirs surnaturels liés à la mer, il fait vite la rencontre d’un certain… Orpheus F. Lipper. Particularité, celui-ci a un corps d’homme et une tête de dauphin. Ce ne sont alors que les débuts des ennuis pour un flic qui s’attendait à s’ennuyer, et qui se retrouve dans une sorte de monde improbable où des poulpes kamikazes sont pourchassés par la police et où un officier dauphin ne semble surprendre personne. Le héros est complètement largué, comme les lecteur·ice·s, alors qu’aucune forme de logique ne s’applique aux situations racontées par Ryuhei Tamura. Une sorte d’absurde poussée à son paroxysme, l’auteur flirtant avec les limites de ce que la raison peut bien justifier dans un récit qui ne s’embarrasse pas de la moindre règle de logique.

Absolu rien ne fait sens, l’officier dauphin assénant des vérités foncièrement stupides et inattendues sur un redouté gang des mers et c’est là-dessus que joue l’humour du manga. C’est cette volonté d’aller toujours plus loin dans l’inattendu qui donne à Badass Cop & Dolphin un comique de situation extrêmement efficace, alors que l’on se sent vite submergé·e par un environnement sans queue ni tête. Le grotesque est le maître mot d’un auteur qui ne recule devant rien pour faire perdre la tête à son héros, dans une succession de petites enquêtes où se révèlent les spécificités de ses personnages. Et on y découvre d’ailleurs quelques personnages attachants, entre la gamine aux pouvoirs surnaturels, le dauphin ou les autres flics qui restent stoïques face à ce qui devrait les effrayer ou, au moins, les étonner. On retrouve d’ailleurs quelques éléments de Beelzebub, avec son héros grande gueule et l’enfant atypique, mais l’auteur semble vouloir aller encore un peu plus loin. Difficile de dire si cela tiendra sur la durée, toutefois ce premier tome de Badass Cop & Dolphin est extrêmement drôle.

Comme si de rien était

Ce qui est si drôle, c’est que des choses complètement improbables (un dauphin humain policier ?) ne laissent paraître aucune forme de surprise ou d’étonnement sur les visages d’autres personnages : seul le flic qui débarque est choqué, surpris de voir que l’existence d’un dauphin policier ne suscite aucune interrogation chez ses congénères. Un peu comme s’il débarquait au milieu d’une secte où chaque adepte était convaincu·e de la normalité d’idées qui n’ont rien de commun. Le fait que le héros soit paumé, comme nous, on va pas se mentir, rend le tout extrêmement savoureux. Le désarroi de ce flic, du genre gros bras, face à des choses complètement hors de toute logique fait beaucoup rire. Car on n’est pas dans un récit de fantasy, du moins pas au premier degré, l’existence d’un flic dauphin ou d’un gang marin n’a rien de « normal » dans le monde de Badass Cop & Dolphin, un monde similaire au notre. A l’exception qu’il semble exister une île complètement atypique, que le héros découvre avec des yeux innocents et en se posant énormément de questions. La situation est absurde, à la fois pour les lecteur·ice·s et pour le héros, appuyant un peu plus sur le comique de situation que Ryuhei Tamura maîtrise très bien.

Il est difficile de parler de Badass Cop & Dolphin car son grand n’importe quoi, sa recherche de l’absurde et sa volonté de perdre le lecteur·ice dans un monde où rien ne fait sens radicalise presque son approche. On pourrait parfaitement passer outre son humour et être simplement dépité par la bêtise de ce qui est raconté, mais je me suis vite rendu compte que j’étais complètement client de cet humour atypique, sans considération pour la moindre forme de logique, où chaque situation, chaque enquête policière est l’occasion d’aller un peu plus loin dans le grand n’importe quoi. Pourtant, en toile de fond se dessine une plus grande enquête, quelque chose d’assez intriguant qui laisse espérer que le manga puisse être capable de tenir sur la durée. En tout cas, je l’espère.

  • Le premier tome Badass Cop & Dolphin est disponible en librairie, aux éditions Kazé depuis le 12 janvier 2022.

Entrez votre commentaire

Ces articles peuvent vous intéresser