South of the Circle | Une Guerre froide entre passé et présent

par Hauntya

South of the Circle est une production du studio britannique State of Play, connu surtout pour le jeu Lumino City à la construction et l’esthétique plus qu’originales. C’est en partenariat avec le studio polonais 11 Bit Studios que South of the Circle sort le 3 août 2022, pour nous plonger dans une histoire fictive au cœur de la Guerre froide, promettant une expérience narrative riche en émotions. J’ai donc saisi l’opportunité de découvrir un titre à l’histoire intrigante, sortant un peu des sentiers battus, et dont la période historique m’a toujours intéressée.

Cet article a été écrit suite à l’envoi d’un exemplaire numérique du jeu par l’éditeur.

Une ambiance minimaliste pour dessiner une Histoire aux multiples facettes

South of the Circle – State of Play & 11 Bit Studios, 2022 ©

South of the Circle nous fait vivre l’histoire de Peter, un scientifique en expédition vers l’Antarctique, en plein milieu de la Guerre froide. Son avion s’est écrasé et le pilote étant blessé, il se retrouve en terrain plus vite que prévu pour aller chercher de l’aide à la base scientifique non loin de là. En chemin, épuisé par la neige et le vent qui troublent sa vision, lui reviennent des souvenirs passés, de sa carrière de professeur à la rencontre avec sa petite amie, Clara, à Cambridge…

Le jeu met en scène des personnages on ne peut plus humains, du quotidien, sans en faire des héros : un aspect qui reflète les nuances et la complexité de la période historique pendant laquelle il se déroule. South of the Circle charme par ses traits minimalistes, par son style de dessin faussement simple qui caractérise pourtant clairement les personnages – presque simples silhouettes – par leurs vêtements et leurs couleurs. Cette esthétique donne même une certaine beauté aux paysages que l’on pourra arpenter, de la froideur hostile de l’Antarctique aux rues de Cambridge, en passant par l’Écosse et un port aux couleurs vives. La direction artistique du jeu sait jouer des tonalités de couleurs et des détails, pour faire ressortir une atmosphère et des émotions : le côté chaleureux d’une cabane en bois, l’austérité d’un bureau de recherches, ou pour se faire sentir perdu dans l’immensité de la neige.

Ce même minimalisme permet de se concentrer et de mettre en valeur son histoire. South of the Circle est avant tout un jeu narratif où les joueurs et les joueuses pourront choisir certaines décisions pour Peter, anodines au premier abord, et explorer quelques éléments de décors dans des lieux clos. Il ne faut pas chercher plus d’interactivité que cela : tout est dans l’intrigue et ses personnages. En plusieurs dialogues et conversations, le jeu parvient à nous faire comprendre les tensions de la Guerre froide, les guerres de coq entre professeurs de Cambridge, une amitié se transformant doucement en relation amoureuse, la lutte pour le droit des femmes… et, dans une action plus urgente, la survie de Peter au milieu de l’Antarctique.

Quand passé et présent s’entremêlent

La survie de Peter le fait passer par plusieurs bases scientifiques, dans un paysage hostile où le traité de l’Antarctique assure – ou assurait – une paix diplomatique entre Russes, Américains et Anglais, pour l’intérêt de la science. La vie de Peter et celle de son co-équipier, Floyd, paraissent ainsi ne parfois tenir qu’à peu de choses dans des conditions climatiques plus en plus hostiles. Au cours de ses errances, des flash-back reviennent par à-coups à l’esprit de Peter, faisant se confondre paysages présents et ceux du passé (d’une manière intelligemment reflétée par la direction artistique, en reprenant des éléments des décors). Une façon supplémentaire de s’immerger dans l’histoire et de prendre conscience des conséquences des choix passés.

South of the Circle – State of Play & 11 Bit Studios, 2022 ©

Les souvenirs de sa vie sont nombreux : la rencontre avec Clara, les moments où l’on aborde la difficulté de la recherche scientifique en pleine guerre, les recherches elles-mêmes, les instants où Peter imagine des projets de vie avec sa petite amie… Le jeu explore une thématique particulière, celles des promesses qui sont faites et qui ne sont pas toujours tenues ; un thème qui résonne particulièrement à la fin du jeu, en voyant ce qu’il advient de nos décisions. Et il se permet ainsi d’aborder bien d’autres sujets : les droits des femmes – les chercheuses étant particulièrement discréditées dans leurs travaux scientifiques à l’époque – la méfiance et paranoïa à l’égard des possibles espions soviétiques, les conflits entre vie personnelle et vie professionnelle et la réputation que cela peut entraîner. C’est face aux dangers de l’Antarctique, alors qu’il craint pour sa vie, que Peter revient en un sens sur ce qui l’a emmené là et sur les choix les plus importants de son existence. Peut-être sur la culpabilité de ne pas avoir su faire les bons, de ne pas en avoir fait assez au bon moment, dans le temps qui lui était donné.

L’aller-retour entre passé et présent est donc particulièrement réussi et bien mis en scène, s’inspirant parfois du cinéma, d’autant que les voix anglaises – pas de version française – sont portées par un jeu global particulièrement convaincant, y compris au niveau des accents. Les doubleuses et doubleurs font un beau travail, permettant de donner une vraie personnalité à leurs protagonistes, en plus des choix artistiques donnés aux vêtements et allures pour les représenter. Ce n’est pas parce qu’ils sont des silhouettes minimalistes qu’ils ne véhiculent pas d’émotion ; passer par l’hyper-réalisme n’est pas nécessaire pour porter une histoire, surtout inspirée de la Grande Histoire et avec plusieurs rebondissements.

South of the Circle - Port

South of the Circle – State of Play & 11 Bit Studios, 2022 ©

Si le gameplay de South of the Circle est assez simple, il est néanmoins aussi porté par la musique de Piotr Musial, qui parvient à faire passer des atmosphères assez différentes tout au long de l’intrigue. Les décisions de Peter appartiennent à quatre grandes catégories, symbolisées par les quatre touches de la manette : l’ouverture envers les autres (empathie), la raison (affirmation de soi, décision), la perplexité (peur, inquiétude), et l’optimisme (bienveillance, créativité). Ce sont ces quatre sentiments qui nous permettent d’orienter les choix de Peter et lui donner un caractère. Fouiller les lieux rencontrés avec soin permet aussi de dévoiler quelques options de dialogues en plus.

Il est seulement dommage que les sous-titres aient quelques petites coquilles ici et là, soit erreurs d’orthographe, soit traduction trop littérale des termes anglais. Cela n’empêche toutefois pas le contexte historique et l’histoire d’être clairs.

Un autre bonus appréciable se trouve dévoilé après avoir fini le jeu : une galerie virtuelle, inspirée de la carte de l’Antarctique, qui permet d’avoir accès à de nombreux concept-arts du jeu, sur la tenue des personnages, les décors imaginés, les objets et véhicules croisés durant l’aventure. Mais on y trouve également des photos de l’Antarctique datant des années 60 qui ont inspiré State of Play, ainsi que des photos de leur propre voyage de recherche sur place pour le jeu, en 2018. Une superbe idée qui permet de constater leur travail documentaire et de découvrir leurs idées avec plus de profondeur.

Conclusion

South of the Circle n’est pas le jeu de l’année, mais il est une très jolie découverte de jeu indépendant qui a le mérite d’explorer une période de l’Histoire peu exploitée dans les jeux vidéo, tout en proposant une aventure narrative émouvante. La simplicité du gameplay sert son intrigue, tout comme la direction artistique minimaliste qui ne néglige pourtant pas ses personnages et qui parvient à nous immerger dans l’Antarctique et ailleurs. On peut regretter que certaines pistes narratives restent un peu sans réponses, mais le jeu de State of Play propose en tout cas une expérience agréable et émouvante, faite avec cœur, et qui vous plaira si vous aimez les jeux narratifs et les tranches de vie.

  • South of the Circle est disponible dès le 3 août 2022 sur PC, Nintendo Switch, Playstation 4/5 et Xbox One et Series S|X.

1 commentaire

So-chan 2 août 2022 - 14 h 59 min

C’est toujours intéressant de lire d’autres avis sur une oeuvre. Je suis guère étonnée que tu aies apprécié au vu de sa narration et des thématiques qu’il soulève (rien que la place de la femme dans la société des années 60 à travers Clara et Molly). Qu’est-ce que j’avais envie de gifler le professeur de Peter ainsi que ses amis (surtout le plus dragueur des deux…) Comme le dit si bien Clara, on ressent ce côté « cercle de messieurs ». Je trouve d’ailleurs que les propos de Clara s’ils sont bien à propos dans l’époque du jeu, font aussi écho au nôtre (la place de la femme, le fait qu’une femme se doit d’être mère sinon c’est mal vu, la place même de la femme dans la fiction…). J’ai été un peu déçue qu’il n’y ait qu’une seule fin et que les choix n’aient pas de réel grand impact, mais ça n’ôte rien aux qualités du jeu. C’est juste que j’aime beaucoup avoir des fins différentes.

Répondre

Entrez votre commentaire

Ces articles peuvent vous intéresser